Tu seras employable mon fils !

Publié le par Fred

Souvenez-vous. C'était avant que le CPE ne devienne un contrat destiné aux jeunes sans qualification, avant qu'Azouz Begag ne fustige ceux qui "volent la colère des banlieues" et ne sont pas "les vrais précarisés"... C'étaient en ces temps anciens où la précarité était généralisée et condamnait la jeunesse toute entière à "8 à 11 ans avant d'avoir un CDI". En ces temps obscurs, personne n'était épargné et pas même le fils de Gilles de Robien qui, "avec un bac +5, était resté 9 mois au chômage"... Au delà de l'évolution de la communication gouvernementale et du souvenir opportun que la loi sur l'égalité des chances était initialement une réponse aux événements de novembre pour mieux discréditer le mouvement social, j'avais été interloqué par la déclaration d'un ministre de l'éducation qui accepte comme normal le fait de sortir au plus haut niveau du système éducatif sans être considéré comme employable... Plutôt que de s'y résigner comme un fait acquis, il nous faut donc réfléchir à rendre au diplôme la valeur qui doit être la sienne : la reconnaissance d'un niveau de qualification rendant apte à occuper un emploi.

De l'avis de nombreux recruteurs, auxquels il m'arrive occasionnellement d'appartenir, les jeunes diplômés sont trop "éloignés des réalités de l'entreprise" pour être directement opérationnels. Répondant à cette lacune, le stage est considéré par nombre d'entreprises comme la voie normale vers l'insertion professionnelle. Si ce recours au stage n'est pas dénué de sens, il donne cependant lieu à de nombreux abus, faisant de la France le seul pays développé où il est possible de faire assumer de vrais emplois à une main d'oeuvre qualifiée sans rémunération, mais contre une "indemnité" correspondant à 60% du seuil de pauvreté. Pour cette raison, il me semble nécessaire d'interdire les "stages non-obligatoires" et de les compenser, comme l'ont fait les "grandes" écoles, par une obligation minimale de deux stages au cours de la scolarité. Ils doivent dans ce cadre donner lieu à un contrat précisant les objectifs pédagogiques de l'université et les objectifs professionnels de l'entreprise, dont la réalisation par le stagiaire doit être sanctionnée par une note attribuée conjointement par ces deux structures. Ainsi, le diplôme remis en fin de scolarité ne validerait plus les seuls acquis théoriques, mais également des aptitudes d'insertion professionnelles.

Cette réforme des stages doit à mon sens s'inscrire dans une démarche plus large d'échanges et de dialogues entre le monde éducatif et le monde du travail. Les enjeux en sont multiples. Dès le lycée, il faudrait dispenser une information professionnelle (par des rencontres, visites et entretiens individuels) pour mieux orienter des jeunes qui, souvent, choisissent de ne pas choisir en poursuivant les études les plus généralistes (en sciences humaines notamment) et se retrouvent dans des filières n'offrant pas suffisamment de débouchés pour leur contingent de diplômés. Dans l'enseignement supérieur, une contractualisation annuelle entre les partenaires sociaux (université, syndicats étudiants, patronat, syndicats de salariés) doit pouvoir permettre d'évaluer la situation des jeunes diplômés pour formaliser les évolutions nécessaires de part et d'autre, dans le contenu des formations et dans la valorisation des diplômes. Enfin, il faudrait diversifier le recrutement du corps enseignant : il est frappant de constater que les jeunes diplômés n'ont eu le plus souvent comme référents que des professeurs n'ayant d'autre expérience que celle de l'école. Il ne s'agit pas là de faire une diatribe anti-fonctionnaire bien française, mais de faire valoir la complémentarité entre l'enseignement de savoirs et techniques (un vrai métier dont on ne saurait déposséder les enseignants agrégés) et les études de cas concrets ou mises en situation, qui relèvent d'un partage d'expérience entre professionnels et futurs professionnels.

Il serait toutefois bien naïf de voir dans la "professionnalisation" des filières de formation un remède absolu au chômage. Car de telles filières (BTS, IUT, Alternance...) existent, et sont cependant soumises à un taux de chômage au cours des 10 premières années supérieur (21,6%) à celui des personnes issues de  formations universitaires (13,7%). En cause, la grande rigidité des compétences dispensées, correpondant aux besoins techniques des entreprises à un moment donné. Or on le sait, la capacité d'un travailleur à "rebondir" pour évoluer et s'adapter à de nouvelles fonctions est en grande partie lié à des connaissances théoriques larges et à des compétences comportementales. La situation est encore plus grave pour les quelques 95 000 jeunes par an qui, derrière l'hypocrisie de l'absence de sélection à l'université, en sortent sans autre qualification que le Deug. Il me semble donc urgent de créer un véritable "droit à la seconde chance", en donnant des droits d'accès à la formation d'autant plus importants que le jeune a quitté tôt le système scolaire. A cette fin, je soutiens la proposition de DSK établissant le droit à 20 ans de formation gratuite pour tous au cours de la vie (la moyenne est actuellement à 19 ans mais masque une forte amplitude entre formations professionnelles et unversitaires). L'accès à ce droit nouveau devra cependant être conditionné à un accompagnement personnalisé, reposant sur un bilan de compétences obligatoire pour tout jeune de moins de 26 ans inscrit à l'ANPE, et dont le double objectif sera de valider les acquis professionnels et de définir les objectifs d'évolution et parcours de formation adéquats, sans à priori (université, écoles, alternance, échanges internationaux...)

Reste que de nombreux jeunes diplômés incapables de s'insérer professionnellement en France trouvent plus facilement du travail dans d'autres pays d'Europe (Royaume-Uni, Allemagne, Irlande, Scandinavie, Italie...), preuve que le problème ne vient pas uniquement de ces jeunes. A la lumière des offres d'emploi publiées par les entreprises, l'on constate aujourd'hui une grande frilosité consistant à rechercher en priorité des candidats ayant déjà occupé des fonctions similaires, si possible sur le même secteur d'activité. Dans ce cadre, la mobilité externe ne constitue plus un échange entre compétences offertes par le salarié et évolution proposée par l'entreprise, et contribue au contraire à la rigidification des profils sur le marché du travail. Cette stagnation est suicidaire : on le sait, la réussite des entreprises est fortement liée à leur capacité d'adaptation à un contexte de plus en plus changeant. Là est tout l'enjeu des politiques de l'emploi pour demain : construire un modèle permettant une évolution rapide des compétences par des parcours professionnel individualisés, et dans lequel les notions de risque et d'investissement, y compris en matière de recrutement, joueront un rôle majeur.

Publié dans Société

Commenter cet article

bb 06/04/2006 08:52

Béber,
Soyez mobile disent les personnes qui ne recrutent pas : je me suis présentée dans plusieurs entreprises pour un emploi hors de ma région de domiciliation et cette mobilité a fait peur. En effet, pour trouver un emploi il faut nons seulement les compétences mais aussi la preuve d'un bon équilibre personnel se qui se traduit habilituellement par le contraire de la mobilité !
Pour le réseau : je n'ai trouvé des emplois qu'avec le réseau même récent (réseau d'Ecole, recommandation de personne ). Le recruteur doit se sentir en confiance et ceci n'est pas forcément basé sur la raison.
Pour en revenir à l'article de ce blog : les jeunes ne choisissent pas en connaissance des débouchés leur filière et c'est bien dommage. Que fait l'éducation nationale !?

Fred 06/04/2006 17:29

La question de la mobilité n'est pas aussi tranchée...
 

Tu as raison, les recruteurs privilégient la plupart du temps les candidats de leur voisinage. D'abord, parce que c'est plus simple pour eux (pas facile d'organiser le déplacement d'un candidat sur 500km du jour au lendemain), et ensuite, parce que c'est un gage de stabilité. Du fait de ma "bretonitude", on m'a ainsi souvent demandé en entretien si je n'étais pas susceptible de vouloir rentrer dans ma belle région...
 

Mais d'un autre côté, la mobilité est aussi une indication du niveau d'implication que l'on peut attendre du salarié : est-il prêt à subordonner sa vie personnelle à sa réussite professionnelle ? Le rééquilibrage en faveur de la vie privée, constaté dans chaque enquête auprès des jeunes, et notamment des jeunes cadres, est l'un des principaux reproches adressé par les recruteurs à cette génération... En tout cas, il alimente pas mal de fantasmes et préjugés de la part des entreprises.
Pour parler du recrutement d'une grande entreprise récemment privatisée que tu connais bien, la mobilité "france entière" est par exemple considérée comme essentielle, pour ne pas dire obligatoire, sur les postes de management... même si ils sont sédentaires. Cette disponibilité potentielle est la contrepartie "naturelle" d'un niveau de responsabilité.

béber 03/04/2006 18:22

CEPENDANT.La formation ne résoudra pas tout en matière de chômage.Comme aux temps préhistoriques, ce n'est pas la qualité de l'arc qui fait ,à elle seule ,que l'on ramène le gibier....1. si le chômage était moins important en France, les entreprises ne rechigneraient pas à former et essayer des jeunes sans expériences.2. Comme le nombre de chômeur est important, le choix  PEUT SE PERMETTRE, et donc SERA   de plus en plus pointu , voir de plus en plus extravagant ou discriminatoire.3. les grands capitaux savent qu'il faut être présent sur les pays prometteurs comme la chine,car le grand nombre de consommateurs potentiels  de ces pays en fait une sorte de poule aux oeufs d'or.Sauf que l'argent placé ailleurs qu'en france, c'est  AUSSI du travail déplacé ailleurs que sur le territoire national.4. La notion de "réseau de connaissances" pour trouver un travail est de nos jours  fondamentale.L'aptitude à voyager, devient elle aussi, une valeur fondamentale en matière de succès dans la recherche d'emploi.

Christophe 03/04/2006 15:46

Je vous invite à visualiser sur mon blog la vidéo exclusive du discours de François Hollande adressé aux nouveaux et futurs adhérents du PS, dimanche 2 avril 2006 au siège du PS : Vidéo de la journée porte ouverte du PS