Sur les chapeaux de roue

Publié le par Fred

Il est aujourd'hui grand temps de mettre fin à cette interminable parenthèse dans la vie de ce blog. Non que les sujets aient manqué depuis mon retour de vacances du Danemark (rien que cela mériterait quelques réflexions), mais bien au contraire, qu'ils se bousculent et que le temps m'a manqué pour les évoquer tous.

J'occupe en effet depuis la rentrée de nouvelles fonctions professionelles - et toujours politiques - comme assistant parlementaire de Pascale Crozon, députée de Villeurbanne. Entre l'installation dans de nouveaux locaux avec une nouvelle équipe, la découverte du poste et de l'assemblée, et le travail acharné que nous avonseffectué contre le premier projet de loi de la session - la loi Hortefeux mais je l'évoquerai prochainement  - le départ fut mené sur les chapeaux de roue ! 

Bien sûr, cette nouvelle activité influera largement la ligne de ce blog , où je veux trouver le temps de poursuivre la reflexion prospective, mais où je m'attarderai désormais sur les coulisses de l'assemblée et mes sentiments sur la façon dont la politique est aujourd'hui conduite par le gouvernement...

Bonne rentrée - en retard - à tous !

Commenter cet article

laurent jauffret 27/09/2007 09:42

bonjour fredbonne rentrée et bonne chance dans tes nouvelles fonctionsparmi les taches proritaires du mois et avant le billet sur le Danemark (ou au pire juste après) la mise à jour de tes liens en incluant http://laurentjauffret.blogspot.com/

Bert 26/09/2007 22:28

Bravo Fred, courage pour cette mandature dans ce contexte ingrat (indigne ?), qui aura peut-être l'avantage d'accélérer la formation...En tout cas, si tant est qu'il te faille des encouragements pour écrire autre chose que des amendements, eh bien, voilà donc les miens : tu ne peux pas nous laisser sans tes chroniques, excuses nous auprès de B., il faut lui dire qu'on en a besoin !!Bises sur la joue gauche (et ne tend pas la droite...) 

Karim Aou 26/09/2007 12:15

Bonne rentrée, Frédéric.Je te souhaite aussi bon courage car la tâche des parlementaires socialistes, et par conséquent de leurs collaborateurs, ne doit pas être aisée tant l'omniprésence de Nicolas Sarkozy et la concentration des pouvoirs entre ses mains paraîssent écrasantes.Amitiés socialistes.