La Turquie et l'Europe

Publié le par Fred

J'avais initialement prévu de parler de tout autre chose, mais l'actualité impose parfois de rappeler quelques convictions. La question turque est de celles sur lesquelles je ne peux envisager qu'un candidat à l'élection présidentielle n'en ait pas. Non que l'on doive nécessairement porter un jugement sur un pays en particulier, un peuple ou une civilisation... mais parce qu'au travers du débat sur l'intégration de la Turquie, c'est la conception que l'on se fait de l'Europe qui est en jeu.

Dans ce sens, l'argumentation centriste (Bayrou et Morin en tête) selon lequel l'intégration de la Turquie changerait la nature du projet européen mérite attention. Etant comme eux fédéraliste, je reconnais volontiers que plus l'Europe sera homogène, et plus elle sera politique. Je demeure très critique sur les élargissements réalisés et programmés sans approfondissement préalable des institutions et des politiques communes. Le sentiment qu'ils ont concourru à une Europe minimaliste, qui se réduirait au plus petit dénominateur commun économique, et où chacun prendrait uniquement ce qui l'intéresse est l'un des principaux facteurs explicatifs du "non" à un projet européen dans lequel les français ne se reconnaissent plus. L'apport français à la construction européenne, qui établit que la participation au projet européen doit reposer sur des valeurs communes, doit être défendu becs et ongles.

Mais je n'oublie pas davantage que l'objet de l'UE est aussi de participer à la diffusion de ces valeurs. Bien sûr, concernant la Turquie, le compte n'y est pas. Elle doit mettre ses actes en conformité avec ses lois dans le domaine des droits de l'homme - et plus encore, de la femme. Elle doit donner les mêmes droits aux minorités qu'aux turcophones et organiser une coexistence pacifique de ces peuples au sein de la nation turque. Elle doit continuer d'oeuvrer diplomatiquement - comme elle l'a déjà fait activement, ne l'oublions pas - pour la réunification de Chypre au sein de l'UE. Elle doit également laisser la société civile se saisir du débat historique pour parvenir à une lecture objective, critique et partagée du kemalisme. Celà n'a rien d'insumontable dans le temps : je n'oublie pas que 15 ans avant d'entrer en Europe, l'Allemagne était nazie, l'Espagne franquiste, et les pays de l'Est staliniens. L'objectif européen est précisément le moteur dont la Turquie a besoin pour faire ce travail sur elle-même et pour partager les valeurs d'humanisme et de progrès qui fondent notre identité commune. Dans la situation géographique et culturelle qui est la sienne, il est ce qui la tire vers la démocratie et le développement, ce qui la prémunit du totalitarisme religieux.

Je n'aime pas recourir au sophisme selon lequel le candidat qui soutient l'opinion du peuple est nécessairement d'accord avec le candidat soutenu par l'opinion publique... Mais concernant la question turque, on voit bien vers quelle conception de l'Europe conduit le non-positionnement. C'est au renoncement à une identité laïque et universaliste au nom d'une identité chrétienne. C'est au renoncement au dialogue des peuples mus par un idéal commun au nom de la guerre des civilisations. C'est au renoncement à faire de l'Europe un espoir pour des pauvres dont on voudrait se protéger. C'est enfin, lorque l'on brigue la magistrature suprême, le renoncement au courage politique au nom du "devoir de victoire".

 

Publié dans International

Commenter cet article

Fabrice 16/10/2006 17:06

On entend partout que la présidentielle 2007 se jouera sur la toile ou ne sera pas
 

Interessant ce blog, dans un esprit totalement différent, un site amusant : http://presidentielles-2007.new.fr
 

Ce qu'ils appellent sur ce blog http://webnews.blogspirit.com/web/, la million dollar présidentiable
 

lux 15/10/2006 15:16

La politique vous intéresse?
Je vous invité à aller voir ce site http://33.royaliste.com.over-blog.com/
Des articles intéressants, des idées à débattre, des actions à commenter, n'hésitez pas à mettre vos réactions.
Lux

beranger 13/10/2006 23:18

Bonjour,
Puisque nous sommes entre citoyens concernés, je me permets, en tant qu'auteur, compositeur et interprète, de vous inviter à découvrir mon travail...et plus particulièrement ma dernière chanson:
"Politique people"
www.berangermusic.com
ou
http://myspace.com/beranger

Faites passer…

Respectueusement,
Olivier Béranger

jpb 13/10/2006 17:51

C'est une très bonne analyse que vous faites là.Un chef d'état ne suit pas l'opinion publique, il la précède.a+