La France est-elle raciste ?

Publié le par Fred

Nicolas Sarkozy n'est pas à un paradoxe près. De retour d'un voyage aux Etats-Unis en 2004 où il avait été reçu par les associations juives américaines, il avait alors déclaré que "cela n'aurait pu arriver à Daniel Vaillant [son prédécesseur socialiste], qui avait réussi à fait croire aux Etats-Unis que la France était un pays antisémite". On ose à peine imaginer ce qu'il aurait déclaré à propos de l'assassinat d'Ilan Halimi s'il avait été aujourd'hui dans l'opposition... Responsable de la sécurité et des cultes au sein du gouvernement, on aurait pu le croire en difficulté face à une affaire qui souligne l'échec de son action tant contre la criminalité organisée (cette bande impliquant plus de 20 personnes n'en était pas à son coup d'essai) que face à la montée des tensions intercommunautaires. Il n'en est rien, bien au contraire : en déclarant en Guadeloupe que "quand un gang sème ainsi la terreur, le mot racaille était bien faible", Nicolas Sarkozy estime que ce drame sordide lui donne raison a-postériori.

Je ne vais bien sûr pas polémiquer sur les qualificatifs à appliquer à Fofana et ses ouailles, pour qui aucun mot ne serait assez fort. Mais simplement rappeler que -dans son contexte initial- le terme de "racailles" visaient des jeunes venus chahuter le ministre de l'intérieur lors d'une visite impromptue et néanmoins très médiatique dans un commissariat de quartier. Coupables d'assimiler l'ensemble de la jeunesse des quartiers à une minorité de trafiquants et délinquants, ces propos avaient servi de catalyseur à la radicalisation et la propagation de l'incendie des banlieues en novembre. Ces nouvelles déclarations, qui amalgament les "racailles" d'hier à des tortionnaires et des meurtriers franchissent un nouveau pallier dans l'inacceptable. Seulement voilà, le ministre de l'intérieur est également candidat à l'élection présidentielle, et je crois que l'on est désormais en droit de s'interroger sur la compatibilité entre une fonction qui exige d'assurer la sécurité et la paix civile, et un positionnement politique qui vise, dans la droite ligne de 2002, à exploiter l'insécurité et la montée des préjugés.

Mais au fond, la vraie question réside dans la popularité de ces prises de positions, et me conduit à m'interroger sur l'état de l'opinion sur ces questions. La France serait-elle raciste ? J'ai trouvé à ce propos cet éclairant sondage sur le site expression-publique. On y apprend notamment que pour les personnes interrogées, le multiculturalisme de la société française est "plutôt une mauvaise chose" qui "est une menace grave pour sa cohésion". Une large majorité de sondés pensent que les noirs et les maghrébins "ne font pas d'effort pour s'intégrer", et que s'il existe des "discriminations", il n'y aurait cependant ni "comportements racistes" ni "islamophobie". Pourtant, les musulmans de France y sont décrits comme "plus proches des autres musulmans que des français", respectant davantage "les règles de leur religion" que "les lois de la république" et n'acceptant ni "l'existence de l'Etat d'Israël", ni "les règles de la laïcité"...

Cette étude nous dresse la portrait d'une France victime de préjugés racistes, mais avant tout par ignorance et presque de bonne foi. De bonne foi, parce que le fort attachement des sondés aux valeurs laïques de notre pays traduit un "universalisme" qui serait réduit à un "assimilationnisme" : l'identité française serait désormais figée et incapable d'accepter sa propre diversité. Ignorance, parce que l'image que l'on a de "l'immigré" apparaît fantasmée, comme si la réalité du quotidien (celle de nos collègues de travail et de nos voisins) avait moins de vérité qu'une réalité médiatique qui met en avant les informations les plus radicales, spectaculaires ou chargées d'émotion. Il est ainsi frappant de constater que chaque événement relayé par la presse (du voile à Ilan en passant par les banlieues et les caricatures) creuse un peu plus l'incompréhension entre les communautés. Sur l'affaire des caricatures par exemple, si la position des religieux musulmans était lié à leur fonction plus qu'à leur culture (et à ce titre reprise par les religieux juifs et catholiques), ceux-ci ont été amalgamés avec les images de violence au moyen-orient, dans un contexte très différent de la situation française...

Reste que face à cette montée des préjugés, la gauche ne joue plus son rôle traditionnel de garde-fou. Alors qu'elle était très largement impliquée dans un mouvement antiraciste (SOS, Ras l'Front, LDH...) qui posait l'égalité de la dignité humaine comme valeur fondamentale, elle est aujourd'hui incapable - peut-être traumatisée par la dénonciation de son "angélisme" lors de la campagne présidentielle de 2002 - de s'opposer à la communautarisation de ces combats. Plus le racisme sort de ses bases traditionnelles de l'extrême-droite, et moins le refus de ces idées semble en effet s'effacer devant la défense de communautés dont les intérêts apparaissent concurrents. Face à un "principe de réalité" qui nous conduirait inexorablement au "clash des civilisations", il m'apparait essentiel de rappeler ces principes humanistes qui fondent la France et la gauche, et de combattre les causes sociales de ces conflits d'intérêts. On peut contester notre vision d'un monde qui s'expliquerait par les faits sociaux, mais c'est cela, le socialisme. On a le droit de vouloir l'expliquer par des caractères raciaux... mais il faut alors admettre que c'est cela, le racisme.

Publié dans Société

Commenter cet article

Authueil 23/03/2006 10:23

Attention à la manière dont on pose le problème. C'est comme pour les sondages, la réponse est induite par la formulation de la question.
Que des français soient racistes, oui certainement. Maintenant, qu'est ce qu'être raciste? Pour moi, ce mot s'applique à ceux qui croient qu'il existe des races, c'est à dire des "espèces humaines" comme il y a des "espèces animales". Génétiquement, les différentes espèces de chiens sont très proches, mais il y a une différence entre un teckel et un dogue danois. Pour l'espèce humaine, les différences sont infiniment moins marquées, la seule réellement visible et frappante est la couleur de la peau. Certains peuvent en tirer la conclusion qu'il existe des "espèces" au sein du genre humain. D'autres rajoutent que certaines "espèces" sont supérieures aux autres. Enfin, d'autres rajoutent un troisième étage à la fusée, en tirant des conclusions pratiques de cette idée de différence et d'inégalité des races (ça peut donner des résultats dramatiques lorsque ces gens sont aux manettes).
Je ne partage absolument pas les idées racistes. Pour moi, il n'y a qu'une espèce humaine, car ce qui fait la spécificité de l'homme, ce n'est pas la chair, mais l'esprit.
Je voulais juste faire cette petite mise au point amicale pour montrer que le choix des termes doit se faire de manière prudente, quand ils sont aussi lourdement chargés de sens et de connotation que "raciste".

Fred 24/03/2006 14:06

Je pense effectivement que le terme de "racisme" a aujourd'hui un sens plus large que la définition originelle et génétique que vous rappelez. dans ce sens là, je suis certain que le racisme n'existe pas en France et qu'il n'y a guerre qu'une infime minorité d'illuminés pour croire encore que les individus n'ont pas la même valeur du fait de leur couleur de peau.
Ce qui nous pose aujourd'hui problème, c'est en réalité la valeur que l'on accorde aux cultures. Par essence universalistes, les modèles français (laïcité + droits de l'homme) et américains (liberté individuelle + libre-échange) se considèrent comme l'appanage de la "modernité" face à laquelle les modèles traditionnels, familiaux ou religieux seraient des archaïsmes. C'est à mon avis la source actuelle de notre sentiment de supériorité.
Il ne s'agit pas de promouvoir un relativisme culturel où nous renoncerions à défendre les valeurs qui nous semblent justes, mais de se souvenir que parmi celles-ci, il y a le dialogue, la compréhension et la tolérance.

renover maintenant 22/03/2006 21:43

Venez visiter notre blog si le coeur vous en dit !
amitiés rénovatrices et fraternité

brigetoun 20/03/2006 22:30

sondage ou pas, il me semble avoir toujours cru qu'une bonne partie des français était raciste. Ayant fait notre mea culpa je passe à la justesse de votre phrase sur l'incompatibilité entre la fonction de notre Ministre de l'intérieur et son positionnement de candidat à la pêche

blogdev 17/03/2006 14:54

As tu repondu a ce sondage?moi oui...on ne peut prejuger de rien avec ce genre de sondage (pas de panel representatif cher ami).
Bonblog a toi
http://devilliers.blogmilitant.com