Développement durable : teasing

Publié le par Fred

Non, le PS n'est pas en état de mort cérébrale ! Dans le cadre d'un débat organisé la semaine dernière sur le développement durable, j'ai décidé de répondre à l'invitation de ma section (Villeurbanne) de soumettre au débat une contribution au projet socialiste pour 2007 sur ce sujet. L'enjeu n'est pas mince : il s'agit de poser les fondements d'un modèle de croissance économiquement, socialement et environnementalement soutenable pour (selon une expression qui m'est chère) "protéger l'économie de marché contre ses propres excès".

Ma relative absence sur ce blog ces derniers jours est donc essentiellement liée à mon travail sur ce document, que je pense publier ici avant la fin de la semaine la semaine prochaine. D'ici là, je vous soumets les 3 grands axes de réflexions que je souhaite détailler en termes de propositions concrètes, afin de prendre vos commentaires et idées en considération :

1. Sortir des énergies fossiles
2. Relocaliser l'activité par la spécialisation des territoires.
3. Entrer dans la "société de la connaissance".

A vos claviers, et à très bientôt pour débattre plus en détail de ces propositions.

Publié dans Environnement

Commenter cet article

Simon 08/03/2006 16:28

Il me semble qu'un premier axe de reflexion (que tu avais évoqué - si je ne me trompe pas - peut se développer sur les "carburants bio" dont l'utilisation est réprimée actuellement par le fisc, sous prétexte que leur utilisation constituerait une fraude à la Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers ...
Je suis personnellement très sceptique sur le renchérissement des transports. Parce que le faible coût de ceux ci permet le développement des villes , et favorise le commerce, fait que l'échange est plus facile donc préférable à l'autarcie. De plus, la grande ville permet par les économies d'échelles de développer plus de services publics, plus accessibles à tous et notamment aux moins fortunés. Il est plus facile de développer un systême d'assénissement efficace sur une zone urbaine que sur une zone rurale.
La spécialisation des territoires a par contre un intérêt économique, et pour peu que l'on réussisse à associer la recherche (publique et privée) et des entreprises performantes au niveau d'un bassin d'emploi, la concentration d'activité similaire produits des externalités positives qui favorisent l'arrivées de nouvelles activités (présence de mains d'oeuvre compétente sur le secteur par exemple, mais aussi accès à l'information). Ceci étant, il faut rester conscient que seulement un petit nombre de ville au niveau mondiale peuvent constituer des grands pôles concentrants les services avancés (qu'il s'agisse de la finance, des cabinets de droit, d'audit, des sièges sociaux ...) tous nécéssaire à l'émergence d'un pôle d'activité de dimension européenne voir mondiale.