Désirs d'une France d'avenir pour après...

Publié le par Fred

Quoi qu'en dise le calendrier officiel et les déclarations des principaux candidats socialiste à l'investiture présidentielle, la campagne pré-électorale a bel et bien commencé. Des tribunes libres dans la presse aux interviews radio, des plateaux de Denisot à ceux d'Arlette Chabot, de la tournée des notables de province à celle des grandes écoles parisiennes, tous les prétendants sont entrés dans une frénétique danse rituelle pour attirer vers eux l'amour du peuple de gauche. Tous ? Non. Bien cachée au fin fond du marais poitevin, la première de ces prétendants (si 'on en croit les sondages) résiste encore à l'appel de la campagne, évitant soigneusement de s'exprimer sur tout autre sujet que ceux qui ne concernent pas la France. Au delà du désir de "ne pas gêner François", c'est bien evidemment une stratégie d'absence qui est savamment orchestrée par Ségolène Royal : moins elle parle, et plus elle incarne une alternative à ceux qui risquent de lasser une opinion aussi intéressée par les propositions socialistes que par les résultats de l'équipe finlandaise de curling.

Aussi, l'arrivée annoncée de longue date de Royal dans la blogosphère devait marquer un tournant dans la non-campagne de celle-ci, entrouvrant une porte vers les pensées et une amorce de programme de la non-candidate. C'était sans compter sans l'imagination débordante de sa non-équipe de campagne, qui a publié la semaine dernière "Désirs d'avenir", un nouveau concept de non-blog. Souhaitant étendre la démarche de démocratie participative mise en oeuvre en Poitou-Charentes, Ségolène Royal se contente d'y poser des questions, qui sont par ailleurs de bonnes questions produisant un débat de qualité. Si je ne peux qu'adhérer à la démarche, elle me semble toutefois insuffisante. Car l'idée seon laquelle "les français en ont assez des politiques qui ont réponse à tout" n'est pas sans rappeler la petite phrase jospinienne "l'Etat ne peut pas tout". En période électorale, le moindre mot, fait ou geste est décortiqué et analysé par les médias et une opinion qui attend des réponses à ses problèmes concrets. Dans un tel contexte, l'exigence d'omniprésence qui s'imposera à notre candidat risque de défaire en un rien de temps les popularités construites sur l'absence. Je ne demande qu'à croire que Ségolène Royal peut battre la droite, mais seules ses idées lui permettront de le prouver.

Bizarrement, les "désirs d'avenir" de Royal ont dernièrement trouvé un écho dans "la France d'après" de Sarkozy, l'autre grand absent du débat politique. Absent, le candidat perpétuel qui se rase toute la journée en ne pensant qu'à ça ? Oui. Absent car déjà ailleurs. Cette "France d'après", c'était déjà le thème du fameux spam réalisé par le même Sarkozy, qui annonçait que "pour faire avancer la France après 2007, (ils) devaient préparer le projet dont la France a besoin". Ainsi, la mission que les français assignent au président de l'UMP serait de "participer à l'oeuvre de redressement, et de préparer les élections législatives et présidentielles de 2007"... l'année 2006 a-t-elle disparu dans une faille spatio-temporelle ? Après avoir vérifié mes informations, je suis pourtant en mesure d'affirmer que Nicolas Sarkozy est actuellement ministre de l'intérieur, qu'il a participé à 3 gouvernements depuis 2002 et qu'il est président d'un parti qui détient une majorité introuvable lui permettant de gouverner seul et de mener la politique qui lui convient. Instinctivement, j'aurai pensé que ce que les électeurs attendent d'un ministre-président de parti majoritaire serait d'utiliser les importants pouvoirs qui lui sont confiés pour gouverner ce pays, plutôt que de tout mettre en oeuvre pour conquérir un pouvoir qu'il a déjà... Le Sarkozy candidat serait-il schizophrène pour détester la politique du Sarkozy ministre au point de demander la "rupture" ? Propose-t-il de gouverner sans les ministres issus de l'UMP, de virer les députés UMP qui mettent en oeuvre cette politique avec laquelle il faut rompre ? Si c'est celà, je suis d'accord : construisons "la France d'après" l'UMP sarkozyste.

Publié dans Politique

Commenter cet article

YB 19/03/2006 11:36

C'est surement pas ta ségolène qui fait trembler Sarko ! C'est lui qui la plébiscite partout. Il ne commencera à la démolir que lorsqu'il sera certain qu' elle représentera le PS. Après quoi, il l'écrasera car elle est tellement isolée quoiqu'en dise les sondages qu'elle sera loin de faire le plein des voix de gauche dans le cadre d'un 2ème tour.
J'imagine mal comment verts PC LCR LO etc... voteraient pour quelqu'un qui veut nous repasser le traité de constit européen des son élection au mépris du vote des Français au référendum et qui affiche son blairisme à chaque fois qu'on lui tend un micro.
Chris alias Pierre, Greg... qui pourrit de com mon blog, ta candidate que tu défends d'ailleurs tres mal n'est pas de gauche. Elle est presque à droite de 'lUDF. Et pour les questions de société elle est plus proche de Boutin.
Alors au PS, n'importe qui, sauf ces 2 ringards que son Jospin et Royal !

YB 19/03/2006 11:35

C'est surement pas ta ségolène qui fait trembler Sarko ! C'est lui qui la plébiscite partout. Il ne commencera à la démolir que lorsqu'il sera certain qu' elle représentera le PS. Après quoi, il l'écrasera car elle est tellement isolée quoiqu'en dise les sondages qu'elle sera loin de faire le plein des voix de gauche dans le cadre d'un 2ème tour.
J'imagine mal comment verts PC LCR LO etc... voteraient pour quelqu'un qui veut nous repasser le traité de constit européen des son élection au mépris du vote des Français au référendum et qui affiche son blairisme à chaque fois qu'on lui tend un micro.
Chris alias Pierre, Greg... qui pourrit de com mon blog, ta candidate que tu défends d'ailleurs tres mal n'est pas de gauche. Elle est presque à droite de 'lUDF. Et pour les questions de société elle est bien plus proche de Boutin.
Alors au PS, n'importe qui, sauf ces 2 ringards que sont Jospin et Royal ! sinon on est foutu et on aura ce fasciste de Sarko
 

Pierre 16/03/2006 15:17

J'hallucine!
(Je vois en plus que Boris est partout! hein YB!!)
1- Ségolène Royal n' est officiellement pas candidate
2- Son site donne la parole aux français! Je suis surpris que cela déplaise à des socialistes
3- RAS LE BOL des soi disant spécialistes" en tout qui ne nous ont menés à RIEN!
4- C' est faire injure aux millions de français qui voteront pour elle de croire que son ascension est passagère!
En fait, à droite comme à gauche, vous tremblez de trouille! Sarko le 1er! Le pauvre! Les femmes lui en veulent ou quoi?
A aucun moment Ségolène ne s' est plainte de machisme! Pourtant Dieu sait que des conneries ont été dites!
Elle n'a pas de programme? (pour le moment!): ET BIEN TANT MIEUX! Vous y croyez encore aux promesses des programmes???? Mais réveillez vous bon sang!
VIVE SEGOLENE! ELLE LES BOUFFERA UN PAR UN!

YB 09/03/2006 15:04

Alice, je te rejoins complètement dans ton analyse. Ségolène s'est mise en effet dans la position des féministes victimaires dénoncée par Badinter. Pour en faire un tout programme, c'est un peu court ! Son site n'est rien d'autre qu'une liste de questions et une "éponge à idées" comme tu dis, pompeusement appelée  "démocratie participative". Sa liberté en effet consiste à éviter soigneusement toutes les réunions poiltiques du PS, tous les débats contradictoires et récupérer le programme auquel elle n'aura pas participé,  y ajoutant biensur sa petite touch puritano libérale.
Je vous invite à visiter mon blog Désirs d'avenir http://desirsdavenir.over-blog.com/ et à le critiquer

Bert 27/02/2006 23:16

Salut Fred, de retour de vacances, je profite de cette pique évidemment justifiée à ta copine Ségolène pour te glisser un raisonnement bricolé à ma sauce :
1/ Sarko, que tu convoques illico face à Ségo (est-ce inconscient ?!), a déjà annoncé son rêve de 6ème république : concentrer tous les pouvoirs dans les mains du président. Ne serait-ce pas la une brêche intéressante pour la gauche ? pas sûr en effet que cette vision plaise beaucoup, même à droite.
2/ Contrairement à ce que clament sans fausse honte tes amis déesse-khâniens, je crois bien que les français sont tout à fait prêts à voter massivement pour une femme. La droite sera bien incapable de produire une candidate : il faut en profiter
3/ Pour ceux qui ont suivi jusqu'ici, la conclusion s'impose : annoncer dès que possible un ticket Ségo - DSK ! Je sais, il faut commencer par les réconcilier, mais bordel, ça en vaut peut-être la peine. DSK ne sera jamais élu président, et de toute façon, sans doute jamais désigné candidat en interne au PS ; alors, foncez !
PS : me rétorque pas tes histoires de non-projet, un projet ça se construit ensemble, et pas chacun dans son coin, m'sieur ségolène elle a encore copié, euh ;-)

Fred 01/03/2006 23:48

Oui,  on entend beaucoup parler de ce "ticket" en ce moment... et c'est peut-être bien ce qui se produira au final. D'ici là, je pense que l'émulation est saine et amène les prétendants à multiplier les prises de positions (même sur des vraies questions comme le développement, le financement de la sécu ou les privatisations !) alors que le parti semble en état de mort cérébrale depuis 2002... Au final, c'est bien de ce débat que sortira le projet commun que tu souhaites, et non (en tout cas je l'espère) uniquement des sondages...Maintenant, je suis effectivement convaincu que les Français sont prêts à voter pour une femme, et je crois même que cela peut représenter un avantage... Cet argument entrera bien sûr en considération lors du vote des militants... Mais je crois aussi que ce serait un bien mauvais service à rendre au PS que de se limiter à des postures électorales sans trancher et clarifier les querelles idéologiques qui le paralysent depuis trop longtemps.