CNE, CPE... Le petit bout de la lorgnette.

Publié le par Fred

S'il est un domaine l'on ne peut pas accuser le gouvernement d'incohérence, c'est bien celui de l'emploi. Il a en effet sur la question un diagnostic simple et clair : si les entreprises n'embauchent pas, c'est parce qu'elles ne peuvent pas licencier assez facilement. Et il y répond par une méthode unique : la période d'essai à rallonge. Le résultat est d'ailleurs à la hauteur des ambitions : les TPE ont plébiscité le CNE, signant plus de 220 000 contrats depuis aout 2005. Voila pour le discours officiel. La réalité est un peu moins reluisante. Selon un sondage de l'Ifop, 35% de ces CNE ont été signés pour des salariés qui étaient déjà dans l'entreprise sous d'autres formes de contrats (apprentissage, CDD). Et 71% des entreprises auraient embauché de toute façon, 40% en CDI. Au final, le bilan réel s'établit donc à 60 000 emplois créés pour 88 000 CDI précarisés, et 72 000 contrats basculant du CDD vers le CNE. A vous de juger.

Pour le gouvernement, c'est tout jugé. Entre la peste chômage et le cholera travail précaire, il a choisi le cholera et entame avec le CPE sa politique à peine masquée de généralisation du système. Synthétisant en une position unique les oukases, pardon les demandes du Medef, Jacques Garello, professeur à l'Université d'Aix-Marseille III préconise pour sa part le contrat de libre embauche (CLE) avec une idée simple : tout doit être librement négocié entre employeur et salarié. La durée du contrat devient donc véritablement indeterminée... puisqu'il peut se terminer à tout moment. La durée hebdomadaire du travail n'a pas à être fixée par la loi (si quelqu'un est prêt à travailler 15 heures par jour pourquoi l'en empêcher ?), pas plus d'ailleurs qu'un quelconque salaire minimum (si quelqu'un est prêt à travailler pour 500€ par mois, pourquoi l'en empêcher ?). Bon, le seul problême dans cette théorie, c'est que les allocations seront trop élevées par rapport aux salaires et inciteraient à ne pas travailler. Dans le doute, mieux vaut les supprimer totalement pour les remplacer par une assurance individuelle volontaire. Etc... etc...etc. Quand on y pense, c'est quand même fou ce que le monde a pu se fourvoyer depuis 200 ans, alors que les filatures de cotons de 1815 avaient trouvé le modèle idéal.

Bien. Tout cela est tellement caricatural que je ne veux même pas prendre la peine de réagir sur un plan social... Mais juste souligner l'aberration économique. Le néo-libéralisme a ceci de gênant qu'il est incapable de penser différemment que par le petit bout de la lorgnette : puisque ce sont les entreprises qui embauchent, c'est au niveau de l'entreprise qu'il faut régler le problème du chomage. C'est faux, et c'est parce que c'est faux que les entreprises préfèrent le CNE aux autres formes de contrats : elles veulent pouvoir licencier lorsque la demande ne permet plus de faire tourner à plein la machine. C'est donc l'aveu que le niveau d'emploi dans l'entreprise n'est pas lié simplement à ce qu'il lui coûte (en temps, en argent, en complexité), mais aussi et surtout à l'environnement macroéconomique que ces politiques négligent totalement, croyant sans doute que l'intérêt du marché de l'emploi soit la somme des intérêts de chaque entreprise sur ce marché... Cela m'inspire deux réflexions.

La première, c'est tout de même celle de la responsabilité de l'entreprise. On a l'impression que les licenciements lui seraient "imposés" de l'extérieur par une conjoncture sur laquelle elle n'aurait aucune prise. C'est au contraire à cela que l'on paye ses cadres dirigeants : prévoir quelles seront les opportunités et les difficultés de demain, investir là où il est nécessaire d'aller, organiser la transition d'anciens marchés vers les nouveaux, embaucher en fonction de la stratégie définie... Une entreprise qui se retrouve obligée de licencier pour survivre a pu faire des erreurs de prévisions, de gestion ou d'investissement. Mais ce sont les salariés qui paient les fautes de leurs dirigeants... pour sauver l'emploi et le salaire de ces derniers. Il me semble très imprudent de donner cette image d'impunité à licencier, et au contraire responsabiliser davantage : l'embauche ne doit pas faire peur à l'entreprise qui a une vision et une stratégie d'avenir.

La seconde, c'est qu'il faudra bien un jour se poser la question de cette "demande". Serait-ce la encore une donnée tombée du ciel ? Non, la demande, c'est le pouvoir d'achat des salariés, et au delà : leur confiance. Pour consommer, et donc empêcher l'entreprise de devoir licencier, il est nécessaire que les ménages se projettent positivement dans l'avenir, faute de quoi ils vont préférer mettre de l'argent de côté pour les jours difficiles. Et la confiance, c'est précisément ce que détruit le CNE, en faisant planer une menace permanente de fin d'activité (et l'incapacité de retrouver un statut durable après cela). Avec au final, le risque de voir cette précarité auto-réalisatrice. Ce risque, même le club ultralibéral "Ethic" le souligne, en se plaignant que "les banques ne jouent pas le jeu", et considèrent le CNE comme un contrat précaire. C'est vrai quoi ! Pébereau ne serait-il pas prêt à prendre quelques risques pour voir triompher sa belle et grande vision libérale ? Non. Car le libéralisme, c'est considerer que chaque acteur doit maximiser son intérêt. Pas celui de la collectivité, fut-elle le libéralisme lui-même.


Publié dans Economie - Social

Commenter cet article

Yannick Serrano 01/03/2006 17:02

ensemblepourlecpe ! 06/02/2006 00:16

Soutenons le travail ! Mettons fin au chomage de masse chez les jeunes : http://www.ensemblepourlecpe.com/article.php3?id_article=8

gilles 02/02/2006 15:43

votre analyse peut plaire mais elle est incomplète et surtout restrictive de la réalité et de fait partisane.
L'emploi est créé par les entreprises et non par l'état.La france se distingue par un nombre anormal de fonctionaires (plus de 5 millions et demis) ce qui avec les emplois subventionnés par l'impôt représentent près de 6 millions et demis de salaires aux quels il convient d'ajouter les 1 millions trois cent mille emplois créés dans les associations eux mêmes payés par les subventions donc les impôts.
Dans toute l'histoire de l'humanité la france finance sur son budget près du tiers de ses emplois. la conséquence est simple car ce sont les entreprises privées qui financent et de ce fait les taxes qui pèsent sur l'emploi sont si lourdes que ces mêmes sociétés sont dans l'impossibilité de recruter.
ceux qui sont exclus du marché du travail représentent plus de 4 millions de personnes et leurs indemnités toujours payées par ces mêmes entreprises bien qu'insuffisantes pour vivre dignement plombent encore ceux qui créent l'emploi dans ce pays.
pour financer ses dépenses le budget de notre pays est en déficit de plus de 25% tous les ans et ce depuis 1982. l'embauche de plus d'un million de fonctionnaires lors de la décentralisation menée à partir de cette année plombe de manière irrémédiable les capacités d'action de tous les gouvernements qui se sont succédés depuis.
Notre code du travail est un frein à la reprise économique du pays.Il est légitime de protéger les salariés qui n'ont que leur travail pour subsister.Il appartiendra à nos futurs dirigeants d'innover en la matière en découplant cette responsablité sur les seuls chefs d'entreprises.Plusieurs candidats arrivent à cette même conclusion de bon sens avec la mise en place d'un système de protection du salariés sur l'ensemble de sa vie profesionnelle.

M 30/01/2006 23:56

Attendons les résultats avant de balancer des propos aussi arrogants.
Quelles alternatives et qui en propose? La France bien pensante et conservatrice est trop frileuse dès qu'il s'agit de tenter une expérience.
vive l'immobilisme ! Ne changeons rien et tenons le cap :
 Droit dans le mur...

Fred 31/01/2006 09:39

Arrogance ? Le gouvernement n'a pas attendu davantage de résultats du CNE pour en tirer des conclusions inverses et l'étendre à toutes les entreprises sous la forme du CPE.
Respecter son droit à tenter une expérience ne signifie pas que je doive nier mon droit à penser différemment et à proposer d'autres voies (lisez ce blog, il y a quelques petites choses quand même). C'est la toute la noblesse de la démocratie.

marion 30/01/2006 22:37

Tout à fait sur beaucoup de points ! Et je vous conseille également un excellent article (d'un ami) à lire et méditer de nicolas cadène sur le site que je vais mettre en lien sur mon nom...A +